Splitscreen-review Image de Comme un chien enragé de James Foley édité par Carlotta Films

Accueil > Cinéma > Comme un chien enragé - Carlotta Films

Comme un chien enragé - Carlotta Films

Publié par - 3 septembre 2018

Catégorie(s): Cinéma, Sorties DVD/BR/Livres

Carlotta Films poursuit son entreprise éditoriale consacrée aux œuvres produites dans les années 1980 avec, cette fois, un film qui bénéficie d’un soin particulier puisqu’il s’intègre dans la collection Prestige. Il s’agit de Comme un chien enragé de James Foley réalisé en 1986. Le film est en soi une curiosité en bien des points. Déjà parce qu'il est un objet cinématographique particulier qui navigue entre plusieurs genres filmiques. Mais il l'est également pour sa bande musicale concoctée par Patrick Leonard chargé d’effectuer des variations autour d'un futur tube d'une des grandes vedettes internationales de l'époque, Madonna. Enfin, Comme un chien enragé attise la curiosité puisqu'il est l'écrin d'une rencontre entre deux générations d’acteurs (Christopher Walken et Sean Penn).

Comme un chien enragé débute comme un teenage movie. C’est l’histoire de Brad (Sean Penn) qui traîne sa carcasse et son ennui dans une petite ville américaine. Plus dégourdi et sans doute plus intelligent que la moyenne, il rêve d'un ailleurs. Il y a en lui un trait de caractère typiquement américain : Brad est habité par la certitude de ne pas être à sa place en ce lieu et d'être promis à un avenir plus réjouissant ou en tout cas plus conforme à ses ambitions personnelles. Deux événements vont enclencher la mécanique de la métamorphose du personnage et du film : la rencontre avec Terry (Mary Stuart Masterson) et, presque simultanément, la réapparition du père de Brad (Chris Walken), gangster notoire qui, en même temps, incarne une figure de la liberté telle que la pense l’Américain moyen. Bien sûr, ce rapprochement a priori émancipateur atteindra un point de rupture et il faudra alors que Brad choisisse et ainsi détermine quel homme il sera.Splitscreen-review Image de Comme un chien enragé de James Foley édité par Carlotta FilmsComme un chien enragé est composé de plusieurs parties distinctes. D’abord le film affiche des traits communs avec le teenage movie traditionnel où la dramaturgie s’indexe sur un cheminement initiatique que l’on imagine plus ou moins tragique sur le modèle de La fureur de Vivre. Puis, dans un second temps, le film bifurque et s’oriente vers des univers proches du film criminel qui se rapprochent d'ambiances décrites dans des films comme Badlands de Terrence Malick ou encore de Another day in Paradise de Larry Clark.Splitscreen-review Image de Comme un chien enragé de James Foley édité par Carlotta FilmsC’est d’ailleurs dans sa seconde partie que Comme un chien enragé devient plus intéressant. À partir du moment où le personnage de Sean Penn envisage de manière plus adulte un monde qui est loin d’être aussi séduisant qu’escompté. C’est aussi à partir de là que Comme un chien enragé exploite les différents styles de jeu de ses acteurs vedettes : Penn et Walken. La mise en scène s'enrichit de préoccupations esthétiques et formelles pour traduire par le montage ou les éclairages les états d’âmes des comédiens. Comme un chien enragé reprend alors à son compte plusieurs éléments venus nourrir le film criminel à tendances initiatiques version Coppola (Rusty James, Outsiders) où les réalités du monde viennent s’imposer brutalement aux yeux des individus en pleine mutation identitaire. La perte d’êtres chers qui ont servi à baliser un schéma éducatif précis a toujours été vécue comme une étape de la matérialisation des réalités sociales, économiques et, surtout, d’une forme de maturité affective.

Ici encore, dans Comme un chien enragé, la disparition des êtres aimés pendant cette période de transition ou même en amont de celle-ci convoque une figure doloriste que Sean Penn retranscrit avec brio et que la mise en scène a imagée par la mise en place d’atmosphères à l’esthétique irréaliste. Les qualités de James Foley sont sans doute là : travailler les codes du cinéma de genre et réussir à le singulariser par l’ajout d’une esthétique qui extériorise des sensations intérieures.

On pourrait même prétendre, à partir de ce film, observer comment ce cinéma des aventures adolescentes va se transformer dans les années 80 pour accepter des logiques qui, parfois, proviennent d’autres supports que le cinéma.Splitscreen-review Image de Comme un chien enragé de James Foley édité par Carlotta FilmsLa copie Blu-ray de Comme un chien enragé fournie par Carlotta Films est d’une qualité plus que satisfaisante.

Pour ce qui est des compléments, nous trouvons un entretien avec le metteur en scène, James Foley, qui retrace son parcours depuis le film et évoque le travail accompli à l’époque.

Le dossier de presse d’époque, une bande-annonce et des Memorabilia complètent cette édition qui témoigne une nouvelle fois du savoir-faire de Carlotta Films.Splitscreen-review Image de Comme un chien enragé de James Foley édité par Carlotta FilmsCrédit photographique : AT CLOSE RANGE © 1985 METRO-GOLDWYN-MAYER STUDIOS INC. Tous droits réservés.

Suppléments :

JAMES FOLEY, À BOUT PORTANT* : entretien exclusif avec le cinéaste James Foley
LA BANDE-ANNONCE*
DE NOMBREUX MEMORABILIA INÉDITS
FAC-SIMILÉ DU DOSSIER DE PRESSE DU FILM
REPRODUCTION DE 8 LOBBY CARDS D’ÉPOQUE
AFFICHE

* Suppléments disponibles en Blu-ray Disc™ et DVD.
(En HD uniquement sur la version Blu-ray Disc™)

Partager