Splitscreen-review Image du film de Steve McQueen intitulé Les veuves

Accueil > Cinéma > Les Veuves

Les Veuves

Publié par - 3 décembre 2018

Catégorie(s): Cinéma, Critiques

Cinq ans après Twelve Years a Slave (Oscar du meilleur film en 2014), Steve McQueen revient dans les salles obscures avec un nouveau film, Les Veuves. Il s’intéresse cette fois à une catégorie de films très appréciés du cinéma américain, le film de casse. Les Veuves commence par une séquence qui alterne entre la relation tendre entre Veronica (Viola Davis) et Harry Rawlings (Liam Neeson) et le braquage commis par ce dernier. Dans le montage parallèle, s'immisce alors la vie privée des autres complices d'Harry. Tous sont mariés et dissimulent à leur famille leur activité malhonnête. Cette séquence se termine par l’explosion du van dans lequel tous les complices se trouvaient et laisse apparaître le titre évocateur du film.

Malgré la tragédie qui les touche, le deuil des femmes ne saura durer paisiblement. La mort de leur mari fait émerger la vérité sur leurs occupations « professionnelles » qui, du fait de leur nature, impliquent des conséquences inhabituelles. Veronica et les autres veuves sont alors menacées de mort par un gang si elles ne remboursent pas les 2 millions de dollars volés. À la suite de cela, Veronica trouve un carnet ayant appartenu à son mari. Dans celui-ci sont réunies des informations relatives à un possible casse au montant estimé à cinq millions de dollars.Splitscreen-review Image du film de Steve McQueen intitulé Les veuves

C’est là que Steve McQueen apporte une touche personnelle au film de braquage qui est souvent marqué par la dichotomie voleur/policiers. Dans Les Veuves, le butin est cause et conséquence d’un engrenage politique et social qui semble dépasser les personnages principaux. L’argent dérobé est celui du fond de campagne d’un candidat à la municipalité d’un quartier populaire de Chicago, Jamal Manning. Ce dernier se révèle être également un chef de gang et n’hésite pas à solliciter l'aide de son frère Jatemme pour commettre des actes violents afin d'atteindre certains objectifs.

Face à lui, il y a l’héritier d’une dynastie politique, Jack Mulligan, qui est tiraillé entre les magouilles politiciennes et la pression d’un père abusif qui teinte son discours social d’intentions cyniques. Sans être explicite, le choix de la période dans laquelle se déroule le film (2008), évoque cette Amérique qui s’apprêtait à vivre deux grands changements. D’une part se manifeste dans Les Veuves la dimension symbolique des élections présidentielles (post GW Bush) à venir au regard de la situation raciale et sociale du pays à cette époque. L’espoir envahit la société comme nous le montre, lors d’une bavure policière à l’encontre d’un afro-américain, l’arrière-plan de la scène où figurent des affiches « Change » pour la campagne de Barack Obama. D’autre part, il y a cette dimension économique de la « crise des subprimes » qui affecta de nombreux foyers américains des quartiers populaires et parasitera les mandats du futur Président.Splitscreen-review Image du film de Steve McQueen intitulé Les veuves

Le choix de la ville de Chicago est d’ailleurs assez judicieux. Le lien entre la ville et Obama (à l’époque sénateur de L’Illinois) bien sûr, mais aussi pour son histoire. La ville fut détruite par un incendie ravageur à la fin du XIXe siècle. La reconstruction de Chicago transforma la ville en un véritable terrain d’expérimentation architectural où les génies de Sullivan, Van der Rohe ou encore de Lloyd Wright (par exemple) purent s’exprimer à loisir. Ainsi, Chicago gagna son statut de ville de la modernité. Si l’on considère alors cette omniprésence de l’urbain dans le film, on peut estimer que la ville de Chicago est un personnage à part entière. La cité englobe à la fois tous les personnages dans le contexte non plus d’une ville à reconstruire mais d’une économie à refonder, et, en même temps, la ville est le théâtre hétéroclite des contextes sociaux d’où proviennent les personnages. À titre d’exemple, on peut remarquer le clivage entre le quartier résidentiel chic où vit Mulligan et le terrain délabré dans lequel il fait un de ses discours de campagne.Splitscreen-review Image du film de Steve McQueen intitulé Les veuves

Il n’est d’ailleurs pas surprenant de voir qu’à part Veronica, les autres veuves sont représentatives de ceux à qui Mulligan s’adresse : les vaincus de la spéculation. Cela concerne en premier lieu les populations qui viennent de certaines minorités ethniques : Belle (Cynthia Erivo) est une mère célibataire afro-américaine qui fait du baby-sitting en extra, Alice, d’origine polonaise et sans aucune qualification professionnelle, exploite son physique en tant qu’escort-girl et Linda, hispanique, mère de deux enfants, se fait saisir son magasin.

Les Veuves est d’ailleurs fort intéressant pour sa représentation du féminin à l’écran car le film parvient à ne pas se noyer dans l’océan militant très marqué de notre époque. Comme dans les précédents films du cinéaste, les personnages principaux sont traités en profondeur. Se juxtaposent les difficultés qui relèvent de la sphère publique et celles qui relèvent de l’intime. On notera que la participation de Gillian Flynn à l’élaboration du scénario n’est pas anodine et ajoute à la qualité de traitement des personnages (et plus particulièrement féminins).Splitscreen-review Image du film de Steve McQueen intitulé Les veuves

La réalisation de McQueen participe à cette immersion dans la profondeur psychique des personnages. Elle privilégie de longs plans, sans coupure, lorsqu’il s’agit d’observer les personnages pour créer des moments de silence, des respirations qui permettent au spectateur d’éprouver de l’empathie pour les protagonistes.

Film criminel oblige, il est évident que Les Veuves n’offre pas toute la dimension réflexive que l'on pouvait déceler dans les productions passées de McQueen (Hunger, Shame). Néanmoins, au-delà du casse en lui-même, le film tend à explorer tout l’univers qui se construit autour des personnages principaux et la très fine ligne qui sépare le monde politique de la criminalité. Un univers qui a été largement exploré mais rarement placé sous le regard de personnages féminins.

Et cette fois ci il n’en aura pas fallu huit, mais seulement quatre. N’en déplaise à Hollywood.Splitscreen-review Image du film de Steve McQueen intitulé Les veuves

Crédit photographique : ©Twentieth Century Fox

Partager