Splitscreen-review Image de l'édition combo DVD/BR de La Tulipe noire réalisé par Christian-Jacque et édité par TF1 Studio

Accueil > Cinéma > La Tulipe noire - TF1 Studio

La Tulipe noire - TF1 Studio

Publié par - 17 décembre 2018

Catégorie(s): Cinéma, Sorties DVD/BR/Livres

Pari osé, pourrait-on croire, que celui de TF1 Studio de réserver une édition conséquente à La Tulipe noire de Christian-Jacque. C'est que le film n'est pas aussi prestigieux que les récentes sorties de l'éditeur même si celles-ci, il est vrai, appartenaient à une autre collection. Pour faire simple, le sort réservé à La Tulipe noire est de qualité, ce qui en surprendra certains. Ce n'est pas faire injure à Christian-Jacque que de penser et dire que son film n'est pas un sommet du cinéma français. Et pourtant, cette décision éditoriale n'est pas dénuée de sens et de cohérence.Splitscreen-review Image de l'édition combo DVD/BR de La Tulipe noire réalisé par Christian-Jacque et édité par TF1 Studio

D'abord parce que Christian-Jacque, n'en déplaise aux plus dogmatiques, est un cinéaste qui a traversé le cinéma français sur une cinquantaine d'années au gré des soubresauts de l'histoire. Songez donc, son premier film, Le bidon d'or, a été réalisé en 1932 alors que son dernier, un documentaire consacré à Marcel Carné, date, lui, de 1985. Nous trouvons-là, à demi-mot, quelques arguments qui plaident déjà en faveur de l'initiative (si tant est qu'elle soit attaquée). Clarifions. Au regard des films réalisés par Christian-Jacque, on constate que son travail comprend des œuvres aux ambitions non dissimulées : Les disparus de Saint-Agil (1937), L'assassinat du Père Noël (1941), La symphonie fantastique (1942), Boule de suif (1945), Un revenant (1946), La chartreuse de Parme (1948) ou encore Babette s'en va-t-en guerre (1959). Mais, sans pour autant faire de distinction dans l'implication, l’œuvre comprend aussi des films aux intentions mineures qui ne prétendent qu'à être des divertissements de qualité : François 1er (1937), Fanfan la Tulipe (1952), Madame sans gêne (1961), Le Saint prend l'affut (1966), Les pétroleuses (1971) et, bien sûr, La Tulipe noire (1963). Cette aptitude à s'accommoder de sujets aux ambitions certaines et sa capacité à respecter les impératifs d'un film qui ne vise qu'à distraire intrigue car ce n'est pas l'apanage de tous que de réussir à concilier les logiques de productions aussi différentes. Notons également que l'étude de la filmographie de Christian-Jacque (conditions d'existence et d'émergence des films) possède de quoi satisfaire les amateurs d'histoire du cinéma en général et français en particulier.Splitscreen-review Image de l'édition combo DVD/BR de La Tulipe noire réalisé par Christian-Jacque et édité par TF1 Studio

Car l'homme a exercé sa profession en épousant une trajectoire étonnante. Contacté par la Continental Films (compagnie de production de films créée à Paris pendant la seconde guerre mondiale avec des financements allemands), Christian-Jacque profite des bonnes grâce de La Continental qui souhaite s'attacher les services de cinéastes prestigieux. Christian-Jacque signe un contrat où il impose ses volontés. Résultat, il tournera deux grands films pour la compagnie de production (L'assassinat du Père Noël et La Symphonie fantastique) et quittera libre comme l'air La Continental une fois ces films aux coûts conséquents tournés et bouclés.

Mais quid de La Tulipe noire ? C'est un film léger de bonne facture où la maîtrise, exercée avec brio, des outils techniques est au service d'une réalisation efficace et agréable. Divertissons-nous donc alors : La Tulipe noire se déroule un peu avant la Révolution Française dans le sud de la France. Là, le chef de la police nommé La Mouche fait son possible pour arrêter la Tulipe noire sans jamais y parvenir. Lors d'un piège tendu à l'homme qui se dissimule derrière le masque de la Tulipe noire, La Mouche parvient à le balafrer sur une joue obligeant la Tulipe noire (qui est un aristocrate local très connu, Guillaume de Saint-Preux) à demander à son frère Julien de le remplacer.

La Tulipe noire, le film, remplit sa mission. C'est une comédie bien faite. Le spectateur n'est jamais l'otage de prétentions, de facilités dramaturgiques ou techniques. De la direction d'acteur (mention à Francis Blanche et Robert Manuel) au réglage des chorégraphies de combat en passant par les décors, tout répond à une exigence et une application qui donnent au film ses vertus. Alain Delon apporte sa vivacité et insuffle à certaines séquence une dynamique qui propulse les scènes d'action (toutes remarquablement réglées) dans une dimension qui concurrence sur ce point le cinéma américain de l'époque.

Bref, cette édition de La Tulipe noire a le grand mérite de louer les talents d'adaptabilité de Christian-Jacque et ce film à grand spectacle prouve, une fois n'est pas coutume, qu'il est tout à fait envisageable de réaliser des œuvres qui savent allier comédie, action et aventure sans pour autant infantiliser ou avilir le spectateur. C'est tout à fait possible, même en France, la preuve. Qu'on se le dise.Splitscreen-review Image de l'édition combo DVD/BR de La Tulipe noire réalisé par Christian-Jacque et édité par TF1 Studio

L'image du Blu-ray proposée par TF1 Studio est remarquable à tous les niveaux.

Pour ce qui est des suppléments, L'histoire de la Tulipe noire revient pendant 18 minutes sur les origines du film et ses aléas de tournage. On lui préférera Autour de la Tulipe noire où des anecdotes croustillantes (donc en parfait accord avec la tonalité du film) nous sont livrées par Claude Carliez et Michel Wyn. C'est léger et ça retranscrit des ambiances de tournage que l'on imagine mal s'installer dans le cinéma contemporain.

Le module consacré à la restauration du film est quant à lui simple et efficace et permet appréhender avec justesse l'ampleur du travail consenti pour redonner à cette Tulipe noire sa beauté d'antan.Splitscreen-review Image de l'édition combo DVD/BR de La Tulipe noire réalisé par Christian-Jacque et édité par TF1 Studio

Copyright photo : mediterraneecinéma/MizarFilms/agatafilms1964

Suppléments :
L’histoire de la Tulipe noire (18’)
La restauration du film (4’45”)
Autour de la Tulipe Noire (30’45”)

Partager