Splitscreen-review Image du Blu-ray de Network, main basse sur la Tv de Sidney Lumet édité par Carlotta Films

Accueil > Cinéma > Network, main basse sur la TV - Carlotta Films

Network, main basse sur la TV - Carlotta Films

Publié par - 23 avril 2019

Catégorie(s): Cinéma, Sorties DVD/BR/Livres

Le douzième coffret ultra collector de Carlotta Films est particulièrement osé puisque Network, main basse sur la TV (nous le nommerons selon son titre original Network), réalisé par Sidney Lumet en 1976, n’est pas un film qui a bénéficié, jusqu’ici sous nos latitudes, d’une estime à hauteur de ses qualités. Le film fut en son temps pourtant auréolé d’une multitude de récompenses, 4 Oscars et 4 Golden Globes entre autres.

Network, dès l’énoncé de son sujet, semble éloigné des caractéristiques du cinéma de Lumet. Le cinéaste est en effet l’antithèse du metteur en scène tenté par un surcroit de machinerie au service d’une finalité spectaculaire ou de l’amateur d’effets que l’on qualifiera, pour faire simple, de pyrotechniques. Ce qui importe chez Lumet, c’est ce que l’interaction entre la caméra et les comédiens va introduire sur l’écran de cinéma et dans l’esprit du spectateur.

Splitscreen-review Image du Blu-ray de Network, main basse sur la Tv de Sidney Lumet édité par Carlotta Films

Network semble s'intéresser au traitement de l'information. Le film s'ouvre sur une crise éditoriale rencontrée par le service d’information d’une chaîne de TV américaine, UBS, où Howard Beale officie comme présentateur du journal télévisé depuis quinze ans. Devant une forte baisse d’audience, malgré les protestations du responsable de l’information Max Schumacher, la chaîne décide de licencier le présentateur. Désespéré, ce dernier annonce son suicide en direct à la télévision. Dès lors, sa cote de popularité explose et Diana Christensen, responsable de la programmation, s’intéresse de très près à une redéfinition de l’information de manière à dynamiser les chiffres de l’audience.

Network est un film passionnant. D'abord pour son sujet. On pourrait le croire aujourd'hui désuet. Songez-donc : la télévision pensée comme outil de propagande et donc de domination, de déshumanisation des acteurs qui la font vivre ou qui la regardent. Passionnant, Network l'est également pour ce qui résulte de ce constat : un appauvrissement cognitif du contenu de l’image TV, une destruction du sens... Il est un autre point particulièrement attrayant présent dans Network, c’est d’ailleurs sur celui-ci que le film trouve une résonance dans notre époque, la désinformation et la contamination de la sphère médiatique par le spectaculaire, le faux et l’inconsistant.

Splitscreen-review Image du Blu-ray de Network, main basse sur la Tv de Sidney Lumet édité par Carlotta Films

Sur ce point précis, le mot Network, dans sa traduction littérale, évoque et concilie tout ce qui relève, de nos jours, de la communication et des réseaux dits « sociaux » qui relaient ou diffusent une information (nous ne tenons pas compte de la probité effective ou non de cette information dans notre développement). Il est donc particulièrement exaltant, au niveau des problématiques soulevées par le film, de tenter de transposer ce qui s’exprime à travers la TV dans le film aux modes de communication immédiats qui fixent les standards du traitement de l’information aujourd’hui.

Le risque était grand, déjà en son temps, et pourtant Network affiche des qualités qui échappent au film à thèse. Formellement, il est remarquable de constater que Network est un film de cinéma qui accepte de se laisser envahir, pour mieux l’ausculter, par une sémantique qui, à l’époque au moins, lui était étrangère puisqu’elle appartenait à celle de la télévision. Autrement dit, Network transforme le cinéma en outil d’observation de la logique de fonctionnement de l’univers télévisuel.

Splitscreen-review Image du Blu-ray de Network, main basse sur la Tv de Sidney Lumet édité par Carlotta Films

Lumet, depuis le débat qui se construit sur ce qui distingue cinéma et télévision, ose déplacer le discours du culturel au politique dans la mesure où, finalement, la propagande semble se désintéresser du cinéma pour investir un autre espace, un espace nouveau, celui de la télévision. Logique puisque ce nouvel espace, au milieu des années 70, s’immisce dans les foyers de toutes les classes sociales pour s'emparer du domaine de l'intimité.

Les moments les plus intéressants de Network sont ceux où le cinéma se souvient de ce qu’est une image et de la morale qui se doit de l'accompagner pour ne pas se laisser séduire par la facilité donc la vulgarité. Howard Beale s’effondre à la fin d’un de ses discours. Nous le voyons tomber. La chute nous parvient depuis une position de caméra qualifiée de démiurgique (point de vue aérien que l’homme, sans aide extérieure, ne peut adopter par ses propres moyens). La caméra, au sens littéral du terme, prend de la hauteur sur la « prestation » de Beale. Plan fixe. La caméra ne varie pas de position lorsque l’homme s'effondre. Nous restons à distance respectable du drame potentiel. Soudain, une caméra de télévision fait irruption dans le cadre pour s’interposer entre nous et le corps de l’animateur toujours allongé. Voilà.

Dans un premier temps, le point de vue démiurgique, point de vue du metteur en scène, nous interpellait. Ce qui se jouait dans le cadre avant que l’animateur ne s’écroule était trouble. L’animateur dispense un discours qu’il convient d’observer à distance et non sans morale. Mais rien dans ce qu’il dit ne suggère, à cet instant, qu’il soit nécessaire de juger le personnage pour ses propos. Autant dire que le phénomène accusateur induit par la position de la caméra engageait la responsabilité subjective de Lumet. Mais lorsque la caméra de TV s'invite dans le cadre pour venir filmer en gros plan cet homme allongé sur le sol, Lumet pose un point de vue moral et accusateur sur le discours, sur le personnage mais aussi et surtout sur la télévision qui a transformé un programme d’informations en spectacle. Dans cet instant de cinéma, Lumet distingue ce qui sépare encore aujourd'hui cinéma et télévision, le cinéma et les autres phénomènes de diffusion de l'image. Par extrapolation, dans cette scène, le cinéma regarde la télévision se livrer à un viol des consciences et à un acte qui va à l’encontre de toute pudeur : filmer et capter à son insu un individu dans l’incapacité physique de se soustraire à la puissance obscène de l’image qui résulte de la captation.

Splitscreen-review Image du Blu-ray de Network, main basse sur la Tv de Sidney Lumet édité par Carlotta Films

De la même manière, le cinéma assume son statut vertueux. Network distille des partis pris de mise en scène qui coïncident avec un propos moral. Les cadrages se resserrent autour des personnages bercés d’illusions quant à leur fonction respective. Les compositions sont minimalistes lorsqu’il s’agit de filmer ceux qui sont prêts à devenir consciemment des rouages du système et à le rendre plus cynique encore en se dissimulant derrière le prétexte de l’audimat.

Network rejoint ici, à travers l'extrême précision de sa mise en scène, certains principes décrits par Guy Debord dans La société du spectacle. Pour être plus précis, Network, dans sa forme comme dans son contenu, évoque en quelques points ce que, en 1988, Debord décrivait comme une nouvelle forme de « spectaculaire » apparue, selon lui, dans les années 70/80. Debord lui a donné un nom, Le spectaculaire « intégré ». Le principe repose sur 5 caractéristiques (technologie omniprésente, abolition des frontières entre l’économie et le politique, le diktat du présent, le faux et, enfin, le secret) dans lesquelles aujourd’hui quelques complotistes vont puiser sans relâche.Splitscreen-review Image du Blu-ray de Network, main basse sur la Tv de Sidney Lumet édité par Carlotta Films

C’est sur cette question du "secret" que l’on peut entrevoir quelques points de contact ou de convergence entre Network et La société du spectacle. Dans Network, derrière l’image par la chaîne UBS se dissimulent autant le projet de rentabilité économique que le discours politique. Dans le contenu du show qui était au départ une émission d’information se cache un spectacle qui, dans sa configuration substantielle, permet de fidéliser, d’hypnotiser de plus en plus de spectateurs. La désinformation devient propagande. C'est d'ailleurs ce que comprend parfaitement Arthur Jensen, le propriétaire du conglomérat qui a racheté la chaîne UBS. Le divertissement qu’est devenue l’information sur UBS est un support, un outil qui œuvre à maintenir le public dans l’ignorance la plus totale de manière à diffuser les idées fomentées par un pouvoir "démocratique" qui s’ingénie à penser l’individu comme un sujet. Il ne fait donc aucun doute qu'il n'est pas inutile de revoir Network aujourd'hui, histoire de savoir où nous en sommes et, pourquoi pas, qui nous sommes. Cela pourrait même être salutaire.

Splitscreen-review Image du Blu-ray de Network, main basse sur la Tv de Sidney Lumet édité par Carlotta Films

Carlotta Films nous propose, sur le Blu-ray, comme à chacune de ses éditions, une image d’excellente facture.

En ce qui concerne les suppléments proposés dans cette édition de Network, le documentaire tourné par Nancy Buirski trois ans avant la disparition de Lumet, en 2011, intitulé By Sidney Lumet, est une introduction des plus probantes à l’œuvre du cinéaste. Lumet se prête au jeu de l’entretien avec sincérité. Une durée conséquente, près de deux heures, permet à Lumet de s’exprimer longuement sur sa vision du cinéma et sur ce qui a pu, dans sa vie, conditionner son travail. Passionnant.

Autre élément important du coffret, le livre du journaliste du New York Times, Dave Itzkoff, intitulé : Fou de rage : la genèse de Network et la vision prophétique du type le plus furieux du cinéma. Dans ce livre, Itzkoff nous plonge avec méticulosité dans les coulisses de Network. Le livre insiste sur la personnalité du scénariste, Paddy Chayefsky, oscarisé deux fois déjà avant Network pour Marty de Delbert Mann et The Hospital de Arthur Hiller. La qualité du travail de Itzkoff se vérifie dans son exploration des ressorts dramaturgiques de Network et la mise en avant de l’imaginaire de Chayefsky qui a su, ici, penser un univers médiatique toujours cohérent au regard de ce que nous vivons aujourd’hui même si les maux se dispensent différemment. Lecture indispensable et ô combien passionnante.

Splitscreen-review Image du Blu-ray de Network, main basse sur la Tv de Sidney Lumet édité par Carlotta Films

Crédit photographique : Network©1976 Turner Entertainment Co. et Metro-Goldwyn-Mayer Studios inc. Tous droits réservés.

Splitscreen-review Jaquette du Blu-ray de Network, main basse sur la Tv de Sidney Lumet édité par Carlotta Films

SUPPLÉMENTS (EN HD UNIQUEMENT SUR LA VERSION BLU-RAY DISC™) :

By Sidney Lumet un film de Nancy Buirski (2015 – Couleurs et N&B – 110 mn)

Bande-annonce

Livre inédit de Dave Itzkoff intitulé :
Fou de rage : la genèse de Network et la vision prophétique du type le plus furieux du cinéma (inclus photos d'archives)

Partager