Splitscreen-review Affiche de la Biennale d'art contemporain 2019 de Lyon intitulée Là où les eaux se mêlent

Accueil > Expositions / Festivals > Fagor au final

Fagor au final

Publié par - 28 novembre 2019

Catégorie(s): Expositions / Festivals

Les sculptures appelées Témoins de Jérémy Gobé, pyramides, cubes, et demi-sphères présentes sur deux sites, la fondation Bullukian et le monastère royal de Brou (on rajoute les sphères) donnent plus à réfléchir qu’à voir. Elles suggèrent. C’est la conjonction des vidéos explicatives et du titre générique Anthropocène qui amène le visiteur à la compréhension de l’œuvre et surtout à son interprétation. Témoins joue le rôle “d’outil visuel” au même titre que les bandes de papier ou de tissu du plasticien Daniel Buren qui, à ses débuts, cherchait à valoriser le support de ces bandes de 8,7 cm et non les bandes elles-mêmes. Il s’agissait de révéler au public un élément du paysage urbain devenu presque invisible par notre regard blasé, projetant mentalement ce que sera le trajet par reconduction mémorielle d’un parcours emprunté au quotidien. Éveiller le regard sur le banal afin de modifier la perception des choses. Dans le cadre de la fondation Bullukian, Témoins est à prendre au sens littéral du terme. Le motif du mur façadé est un vermiculé. Témoins comme la preuve, la possibilité pour l’homme de construire avec un matériau respectueux de l’environnement : moins de 8% de ciment rentre dans la composition de ce nouveau matériau.

Splitscreen-review Image de la Biennale d'art contemporain de Lyon 2019
Anthropocène-Temoins de Jérémy Gobé©Fondation Bullukian-Pauline Roset

Dans le cadre architectural claustral de Brou, il n’y a plus de mur à façader, seules restent les trois formes élémentaires en architecture. Le choix de notre point de vue est déterminant. Il conditionne la distance choisie entre nous et le paysage minéral constitué de Témoins au premier plan et du puits central en arrière-plan. La notion d’équilibre a un rôle identique au renouvellement du regard que souhaitait Daniel Buren avec ses bandes. Avec Témoins, notre posture physique conditionne notre positionnement éthique. Avec Anthopocène, cette posture éthique amène à se questionner sur la place de l’homme dans son environnement et de ses actions. Il s’agit donc plus d’un repositionnement, d'un recentrage.

Splitscreen-review Image de la Biennale d'art contemporain de Lyon 2019
Photos LG. Monastère royal de Brou

Anthropocène nous dit qu’il est possible d’allier savoir-faire industriel et respect de l’environnement. Anthropocène désigne littéralement “l’âge de l’homme”, celui où son impact devient déterminant. Certains scientifiques partagent l'échelle géologique entre Holocène (développement des sociétés humaines) et Anthropocène, la césure date du milieu du XIXème siècle, soit les débuts de la Révolution industrielle. Ceux où l'homme modifie son environnement. Dans le discours ambiant plus ou moins alarmiste, entre résignation et espoir, Jérémy Gobé valorise plus les solutions qu’il ne montre les effets délétères de l’homme sur la planète. Il n’est pas le seul dans cette Biennale. Deux artistes le font “à leur manière”.

Splitscreen-review Image de la biennale d'art contemporain de Lyon
Andrea Mastrovito, Vue de l’installation, The island of Dr. Mastrovito©Fondation Bullukian-Pauline Roset

Il suffit de retourner à la fondation Bullukian pour visiter l'une des trois expositions d’Andréa Mastrovito, celle qui s'intitule L'île du docteur Mastrovito. Elle se trouve dans la deuxième salle, après avoir traversé la cour où Jérémy Gobé expose.

On pourrait passer sans s’arrêter. Seulement l’exubérance des couleurs attire. Le positionnement des œuvres aussi. Dans deux coins de murs. On retrouvera la même disposition dans la pièce contiguë, donc quatre en tout. L’œuvre est remarquable par l’économie de moyens. De la récupération de petits catalogues sur les animaux et les végétaux, un fonds d'invendus récupéré chez un éditeur. Cutter, paire de ciseaux, colle, fil de fer pour découper et dresser ces images sur leur support. Des morceaux de carton pour le socle, plus grands dans le fond pour créer une pente afin d'assurer une meilleure perspective. L’Arte Povera vient à l’esprit, bon nombre de ses représentants ont utilisé le support papier, souvent des rouleaux de carton. Dans la vidéo de présentation, le plasticien cite un roman de Herbert George Wells, auteur de science fiction anglais, L’île du docteur Moreau paru en 1896, dont il transforme le titre en L'île du docteur Mastrovito. On peut le comprendre.

Splitscreen-review Image de la biennale d'art contemporain de Lyon
Andrea Mastrovito, The island of Dr. Mastrovito, 1200 cutout books detail, 2012_6_©Fondation Bullukian-Pauline Roset

Si dans le roman un navire transporte des animaux sur une île, ici les animaux et végétaux se retrouvent aussi comme sur une île, isolés, la comparaison spatiale s’arrête ici. Point de docteur Moreau et d'un assistant expérimentant des hybridations entre animaux et humains par la vivisection. Ni d'un témoin, M. Prendick pour constater ce projet diabolique. L'hybridation ne fonctionne pas, ce sont les caractères des animaux qui l’emportent sur ceux des hommes, ces nouveaux êtres transgressent les règles et s’attaquent à eux. Pour H.G. Wells, dire que l'homme n'appartient pas au règne animal, que les deux sont irréconciliables, trop différents. Une attaque à peine voilée envers la théorie de l’évolution des espèces de Charles Darwin. Chez Andrea Mastrovito, la seule présence humaine est celle d’une photo de nourrisson couché sur le dos, bien plus gros que les autres animaux, il est souriant. On est surpris et on s’interroge. Comme un espoir, mais aussi comme un péril, un humain démuni. Lui aussi le seul représentant. Et pour cause, de toute cette bigarrure qui nous avait attirés parmi des fleurs aux couleurs vives, des silhouettes se détachent. Elles tiennent sur un socle, sur l’ouvrage d’où elles ont été extraites. Il y a pêle-mêle, la marmotte, le chat, l’hermine, le serpent. On emploie le déterminant le ou la, parce qu’on ressent qu’il ne peut pas y en avoir plusieurs. Uniques elles sont. Comme de petites stèles, pour nous faire souvenir. C’est presque mortuaire.

Répétons-le, quatre coins, comme des réduits, alors que cela devait à l’origine s’étaler sur toute la pièce. Quatre coins comme des choses qu’on aurait poussées, c’est ce que l'être humain a dû faire à un moment. À l'origine un homme à sa place, intégré à tout le végétal et l'animal et sur toute cette surface. À sa place, mais laquelle ?

Splitscreen-review Image de la biennale d'art contemporain de Lyon
Andrea Mastrovito, The island of Dr. Mastrovito, 1200 cutout books detail, 2012_2_©Andrea Mastrovito

Retour dans les usines Fagor, dans le hall 1 avec Roncier de Jean-Marie Appriou.

Un roncier sans feuille, ni fruit, se développe sur une grande surface. Le matériau utilisé est la fonte d’acier. Elle autorise des couleurs grisâtres évoquant le dessèchement de la plante. Plastiquement l’œuvre marque même si le volume trop important dessert au premier regard. Une sensation d’omniprésence et d’étouffement aurait mieux fonctionné dans un volume plus restreint. Peut-être n’est-ce pas la volonté de l’artiste parce que l'issue en serait lugubre, comme un non-retour garanti. À la réflexion, un volume conséquent permet au regard de s'échapper. Il n'est pas cloisonné. Une issue plus optimiste est envisageable.

La force de l’œuvre réside dans la hauteur formée par les courbes de la plante et par son empiétement. Comme plusieurs pieds d’animaux qui avanceraient. Comme une réminiscence. Après un abandon de site, les ronces prolifèrent sur les friches industrielles. Comme un souvenir récurrent. Un peu à l’image de Maman, l'immense araignée de Louise Bourgeois qui effraie au premier abord, alors que l'animal incarne pour l'artiste la mère protectrice et en même temps un épisode douloureux de sa vie. La présence des ronces n'est pas permanente, ce peut être un cycle, une présence vécue comme un souvenir qui ressurgit. C’est un arrêt sur image, un instant T de l’histoire humaine, celui où l'homme n’a pas agi. Un peu comme lorsque l'actualité nous rappelle que la question environnementale est la grande question, alors qu'on commençait à l'oublier.

Splitscreen-review Image de la biennale d'art contemporain de Lyon
Jean-Marie Appriou, 2019, Courtesy de l’artiste et [of the artist and] Galerie Jan Kaps, Cologne ; C L E A R I N G, New York/Bruxelles [Brussels] ©Blaise Adilon
Antropocène porte à la réflexion. Témoins de Jérémy Gobé est un marqueur, un curseur sur l'échelle d'anthropisation de l'environnement. Pour voir, il y a deux artistes. Deux manières de voir les paysages dans leurs rapports homme-nature. Andrea Mastrovito et Jean-Marie Appriou s’opposent par les couleurs et les matériaux. Le réduit, le délaissé et le fragile d’un côté et l’omniprésent, l’enveloppant, le résistant par ailleurs. L’artisanal d’un côté, l’industriel de l’autre. Andrea Mastrovito et Jean-Marie Appriou s’opposent par la posture, se baisser pour voir, prendre acte ; se tenir debout en face, empêcher. Ces oppositions caractérisent nos sociétés face à la question environnementale, une chose et son contraire. Dans ce processus, c'est l'homme qui joue encore le rôle majeur. Sa posture éthique est déterminante : freiner, arrêter, accélérer le processus.

Splitscreen-review Image de la biennale d'art contemporain de Lyon
Jean-Marie Appriou, Roncier, 2019. Courtesy de l’artiste, de la Biennale de Lyon 2019 et [of the artist, the 2019 Lyon Biennale and] Galerie Jan Kaps, Cologne ; C L E A R I N G, New York/Bruxelles [Brussels] ©Blaise Adilon

Trois paysages qui donnent à réfléchir et à voir. Comme à une croisée de chemins. À quoi ressembleront nos nouveaux paysages ?

Plein tarif : 16€

Pack Entrée + visite ou audioguide : à partir de 17€
Billet-Brunch* : Entrée + Brunch du dimanche aux Usines Fagor : 30€ | 26€ (Pour les moins de 26 ans)

*Tarif spécial accessible uniquement en prévente en ligne ou au 04 27 46 65 65 (du mar. au dim. de 10h à 15h).
Tarif Réduit : 9€
Pack Entrée + visite ou audioguide : à partir de 13€
Sur présentation d’un justificatif : Moins de 26 ans, demandeurs d’emploi, carte famille nombreuse, enseignants et professeurs des écoles, professeurs en école des beaux-arts et d’architecture, accompagnateurs de PSH, professionnels du secteur culturel, les soirs de nocturne à partir de 18h.

Gratuité
Sur présentation d’un justificatif : Moins de 15 ans, détenteurs du PASS’REGION, étudiants en formation diplômante de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, étudiants des écoles d’arts, d’arts appliqués, d’architecture suivant des cursus diplômant, bénéficiaires du RSA, carte MAPRA et maison des artistes, carte ICOM et IBA, LYON CITY CARD, personnes en situation de handicap.

Pass permanent illimité
Pass permanent nominatif qui permet un accès illimité aux Usines Fagor, au macLYON et à l’IAC, Villeurbanne du 18 sept. 2019 au 05 janv. 2020.
Pass simple : 25€
Pass duo : 40€ (Valable pour 2 personnes)
Pass jeune : 16€ (moins de 26 ans)

Partager