Splitscreen-review Affiche de Paris Images Digital Summit

Accueil > Expositions / Festivals > Paris Images Digital Summit - jeudi 30 et vendredi 31 janvier 2020

Paris Images Digital Summit - jeudi 30 et vendredi 31 janvier 2020

Publié par - 3 février 2020

Catégorie(s): Expositions / Festivals

JOURNAL DE BORD
JOUR 2 / 3 – JEUDI 30
VENDREDI 31 JANVIER 2020

http://www.parisimages-digitalsummit.com/

 

Le PIDS (Paris Images Digital Summit) poursuit sa route et les rencontres se multiplient.

http://www.parisimages-digitalsummit.com/programme.html

Le 1er studio de la semaine à se lancer sur les études de cas est MIKROS venu présenter leur publicité LEGO - rebuild the world. ce travail fut d'ailleurs plébiscité la veille, lors des Digital Creation Genie Award, puisqu'il a obtenu le prix du meilleur effet visuel pour la section publicité.

C’est Franck Lambertz - Creative Director de Mikros et Co-Chair des VES France, qui est venu présenter la publicité LEGO faite en collaboration avec l’agence BETC sur Paris, STINK et le collectif de réalisateurs suédois TRAKTOR. LEGO, n’ayant pas fait de films publicitaires depuis plus de 30 ans, décide de passer commande d'un film basé sur la force créative des enfants et leur imagination. Le challenge, relevé par Mikros et ses partenaires, était de nous faire directement comprendre, grâce aux bâtiments colorés, aux mouvements des personnages et à des éléments surprenants et étranges, que nous nous trouvions, depuis le début, dans la tête d’un enfant.

Pour prolonger l'immersion dans l'imaginaire, place aux dragons ! Max Riess, VFX supervisor du studio PIXOMONDO, est venu s'exprimer à propos de la série Game Of Thrones et, plus particulièrement, sur la manière de produire des dragons réalistes. Max Riess a détaillé les différentes étapes du processus de travail. Ce dernier s'est structuré à partir d'une série de références d'oiseaux pour le squelette et l'animation des ailes et, pour le reste du corps, de différentes textures inspirées de caméléons, crocodiles, lézards, serpents etc. Dans la série, au fur et à mesure des saisons, les dragons grandissent, évoluent et changent de caractère. Il a donc fallu, à chaque saison, refaire les dragons en 3D en tenant compte de leur environnement, de leur âge et de leur morphologie.

Lors de cette 6ème édition du PIDS, nous avons également eu la chance de voir le film Blood Machines, écrit et réalisé par Seth Ickerman, un collectif composé de Raphaël Hernandez et Savitry Joly Gonfard. Blood Machines est un moyen-métrage inspiré des années 80, de la synthwave et des classiques de science-fiction. Avec le soutien de Carpenter Brut, le film est la suite du clip Turbo Killer et nous entraîne plus loin dans son univers.

Ce sont plus de 500 plans d’effets spéciaux qui ont été produits par plusieurs studios français pendant deux ans dont HECAT, BLACKLAB, TRIMARAN... Le film, du fait des différents défis techniques qui se profilaient (séquences complexes à réaliser, décors à construire, des centaines d’objets à modéliser comme des débris, des vaisseaux, etc.) apparaissait comme un projet très ambitieux mais qui, in fine, se révèle abouti. Pour découvrir la bande-annonce, c’est par ici :

Pendant ces deux jours, un grand nombre de conférences ont eu lieu et bien d'autres studios sont venus présenter leur dernier projet : MPC avec Le Roi Lion, Framestore pour leurs trois dernières séries : The Boys, The Witcher et Watchmen, l'entreprise parisienne CGEV pour la série le Bazar de la Charité. Mais aussi The Yard VFX pour les plans réalisés pour le film Le Mans 66, ILM avec le film Aladdin et Les Androids Associes pour Terminator: Dark Fate.

La société française Xilam est venue nous présenter son dernier long-métrage : J'ai perdu mon corps (chroniqué sur le site). Un film réalisé par Jérémy Clapin et produit par Marc du Pontavice (Xilam Animation). Il a gagné le Cristal du meilleur long-métrage et Prix du public au festival d'Annecy et est désormais nominé aux Césars et aux Oscars. Il est basé le livre Happy Hand de Guillaume Laurant, le scénariste d’Amélie Poulain, et mêle diverses tonalités : le fantastique, l’histoire d’amour, le drame… Il aura fallu 8 ans pour le réaliser avec un budget de 5 000 000 d'euros.

Lors de ce festival, il y avait, en plus des conférences, diverses tables rondes autour de sujets tels que l'industrie française des effets spéciaux ainsi que la possibilité de rencontrer quelques sociétés telles que Framestore, Mikros, NKI, Pixomondo, TeamTO, VFX Workshop afin de mettre en relation recruteurs et talents VFX français.

En résumé, le PIDS, ce sont des images inédites des films événements de la saison, des études de cas sur les secrets de fabrication des dernières grandes productions internationales, des tables-rondes et des débats autour des enjeux économiques, technologiques et créatifs du secteur, des rencontres avec ceux qui fabriquent les images de demain (réalisateurs, superviseurs d'effets visuels, producteurs). Et aussi des événements accessibles à tous : cérémonie des Genie Awards, soirée masterclass & journée animée !

Partager