Splitscreen-review Image de L'extraordinaire Mr. Rogers de Marielle Heller

Accueil > Cinéma > L'Extraordinaire Mr. Rogers - Sony Pictures Home Entertainment

L'Extraordinaire Mr. Rogers - Sony Pictures Home Entertainment

Publié par - 8 juillet 2020

Catégorie(s): Cinéma, Séries TV / V.O.D., Sorties DVD/BR/Livres

En 1968, Mister Rogers' Neighborhood, une émission à portée éducative pour les jeunes enfants, voit le jour. Pendant plus de 30 ans, Fred Rogers va partager avec bienveillance ses conseils, ses réflexions avec les jeunes téléspectateurs américains. En tous points, l'émission est une réussite. Elle aborde des sujets aussi variés que complexes comme la mort, le divorce, la rivalité, etc. L’émission suit un fil conducteur qui est la considération des émotions chez l’enfant, ce qui va lui permettre de s’inscrire  durablement dans le cœur d’un grand nombre d'américains.

Splitscreen-review Image de L'extraordinaire Mr. Rogers de Marielle Heller

C’est dans le même esprit que s’inscrit L'Extraordinaire Mr. Rogers le film de Marielle Heller qui, lui aussi, déborde de bienveillance et de chaleur. Le film est une transplantation du concept de l'émission, une simple rencontre entre Mr. Rogers (Tom Hanks) et Lloyd Vogel (Matthew Rhys), va finalement en ressusciter son esprit. Lloyd Vogel, personnage cynique et meurtri au lendemain du décès de sa mère, vit des relations familiales désastreuses. Pour des raisons professionnelles, Lloyd Vogel est dans l’obligation d’aller interviewer Mr. Rogers, ce qui va provoquer ainsi chez le journaliste une profonde remise en question. La réconciliation entre Lloyd et son père passera par un tiers, Mr Rogers, qui, au fil du temps, se transforme en référant spirituel aux yeux de Lloyd. Mr Roger devient alors le guide qui conduit Lloyd à approcher la vie de manière différente ; une vie pleine de positivité, de conciliation et d’empathie. Inspiré d’une histoire vraie, L'Extraordinaire Mr. Rogers n’a pas pour ambition d’être un biopic mais de nous emporter sur des chemins qui aujourd'hui semblent peu à peu disparaître, ceux de la résilience, de la compassion et de la sensibilité. C’est sur ces territoires que le film centre son propos. Certes Mr Rogers tient une place importante dans la dramaturgie mais il est avant tout celui qui permet à la parole de se libérer. Incarnation d’un cynisme qui, aujourd'hui, s’est insidieusement généralisé, Lloyd Vogel, à l’image de la société, est une figure de la condescendance. L’habileté du film consiste à inviter le spectateur à s’identifier à Lloyd et, donc, à éprouver les attitudes, ressenti et sentiments du personnage. De ce fait, nous suivons l’évolution des relations qui se tissent entre les deux hommes. Dans un premier temps, Mr Rogers intrigue. Notre œil épouse celui de Lloyd et au premier abord il est difficile d’imaginer l’homme comme profondément sincère. Cet œil inquisiteur et plein de mépris participe paradoxalement à la mise en valeur de l'état d’esprit de Mr Rogers. L’article que Lloyd s’est vu imposé a pour thème “les héros”, mais Mr Rogers est bien loin des représentations classiques du héros dans l’esprit du public. L'Extraordinaire Mr. Rogers préfère un message bien plus large que la simple glorification de l’homme, un message où sont considérés comme des héros, finalement, tous ceux qui arborent les chemins de la bienveillance.

Splitscreen-review Image de L'extraordinaire Mr. Rogers de Marielle Heller

L’hommage à l'émission originale est bien présent. En dehors de la simple présence de Mr. Rogers, il y a une volonté profonde de confondre le film avec l'émission. Cela passe par la reproduction de séquences du show TV. Le film use alors de différents procédés comme le changement de format, le grain de pellicule, le son pour évoquer l’époque, certes, mais également pour souligner les interrogations existentielles qui habitent Lloyd puisque le film adopte le point de vue de ce personnage-là. Cette superposition des formats et des affects se vérifie de différentes manières comme en témoignent les premières minutes du film ; une photo trop récente, une transition faisant le parallèle entre la maquette du générique et le lieu de vie de Lloyd Vogel. Ce phénomène se prolongera tout au long du film jusqu'à atteindre un point culminant qui questionnera directement les limites de la frontière entre le réel et la fiction. La mise en scène, discrète et proche d’une pensée naturaliste, épouse avec douceur ses sujets et sait avec une grande adresse les approfondir. Inventive, elle parvient par sa fausse simplicité à nous amener subtilement dans un espace sensible centré sur l'émotion.

Splitscreen-review Image de L'extraordinaire Mr. Rogers de Marielle Heller

Il est difficile de ressortir stoïque de L'Extraordinaire Mr. Rogers. À la manière de son protagoniste, le spectateur se voit éclairé d’un nouvel état d’esprit et d’une sensibilité restaurée. Le film est doux, chaleureux, une couverture dans laquelle on aimerait se blottir. Il est important de mettre à l’honneur la performance d’une grande justesse de Tom Hanks qui participe grandement à la mise en place de cette atmosphère. L'Extraordinaire Mr. Rogers laisse le spectateur doucement glisser vers un espace émotionnel trop rare aujourd’hui. Véritable expérience sensitive, le film donne quelques clés pour une évolution des mentalités emplies de sincérité, de compassion, de sensibilité et d’altruisme. Véritable éloge de la bienveillance, L'Extraordinaire Mr. Rogers semble être un rayon lumineux traversant les forêts denses du cynisme. Toujours très juste, le film nous apporte cette chaleur qui, à l’image de sa scène finale ; dispose, lui aussi, de ses parts d’ombre.

Splitscreen-review Image de L'extraordinaire Mr. Rogers de Marielle Heller

Copyright 2019 Sony Pictures Entertainment

Partager