Accueil > Cinéma > Quelle joie de vivre

Quelle joie de vivre

Publié par - 4 août 2020

Catégorie(s): Cinéma, Critiques

Le 5 août, Les films du Camélia propose une version restaurée 2K du film Quelle joie de vivre de René Clément. À l’instar de Plein Soleil, le film est une des productions franco-italiennes du cinéaste avec pour interprète principal Alain Delon.

Dès les premiers plans du film, une certitude naît : le contexte historique a une importance capitale. Nous sommes à Rome en 1921, dans une Italie en pleine reconstruction au lendemain de la Première Guerre mondiale, un an avant la fameuse « marche sur Rome » synonyme de prise du pouvoir par Mussolini. Dans ce contexte, deux amis, Ulisse (Alain Delon) et Turiddu, sortis tout droit du service militaire, décident de ne pas repartir dans leur ville de province et préfèrent tenter leur chance dans la capitale.

Néanmoins, leur recherche d’emploi ne rencontre pas de succès. Ils s’inscrivent alors au Parti Fasciste qui les charge de remplir une mission. Elle consiste à identifier un atelier d’imprimerie qui édite des tracts antifascistes. Ulisse découvre alors que l’imprimerie visée est l’entreprise familiale Fossati dont le patriarche, Olinto, s’avère être un sympathisant anarchiste. L’intention de dénoncer Fossati s’estompe dans l’esprit d’Ulisse quand ce dernier se voit offrir un emploi dans l’imprimerie mais surtout quand il se rend compte qu’une ravissante jeune fille du nom de Franca (Barbara Lass), n’est autre que la fille de l’imprimeur. Ulisse se retrouve alors tiraillé entre sa dette envers les chemises noires et l’intérêt qu'il peut tirer de son rapprochement avec les anarchistes. Dans les deux cas, Ulisse doit se confronter à des choix : suivre les fascistes et son ami Turiddu l’amènerait à dénoncer la famille Fossati ; suivre les anarchistes l’obligerait à commettre des attentats contre des généraux.

Malgré la gravité du sujet, René Clément approche cette part de l’histoire italienne sur un fond de comédie sans jamais réellement prendre parti. Le traitement du personnage principal traduit, pour notre plus grand plaisir, l'essentiel du comique de situation. Ulisse est motivé avant tout par ce qui sert ses intérêts personnels plutôt qu’il ne s'improvise porteur d'une idée ou martyr pour une cause. Le peu d’investissement, euphémisme conséquent, de la part d’Ulisse permet de tourner davantage en ridicule tous les différents mouvements politiques et sociaux de l’époque. La famille anarchiste Fossati est présentée sous l'angle de la convivialité ou d'une humanité débordante notamment lors des scènes de repas. Cela n’empêche toutefois pas le cinéaste de souligner quelques absurdités qui sont le fruit des rapports instaurés entre les membres de la famille : les prénoms des fils de Fossati, par exemple, sont des antonomases de noms communs (Aéroplane, Univers, Franche-Comté…) qu’Olinto justifie par son souci de révolte contre la contrainte du calendrier. On pourra également noter le clin d’œil du cinéaste pour le choix du comédien Gino Cervi dans le rôle du père de famille qui s’était à plusieurs reprises illustré dans le rôle du maire communiste Peppone dans la série des Don Camillo.

Mais la farce ne s’arrête pas à l’écriture, elle se retrouve également dans l’aspect loufoque de certaines scènes. On pense particulièrement à une grande bagarre entre royalistes et anarchistes dans le quartier général de ces derniers : une épicerie fine. Ce qui aurait pu être une scène violente devient finalement une énorme « bataille de bouffe », modernisation de célèbres échanges de tartes à la crème, dans laquelle on utilise l’huile d’olive comme arme stratégique pour faire tomber les adversaires, on lapide avec des œufs et on se sert d’un chapelet de saucisses comme un nunchaku. L’absurdité de la scène, au demeurant hilarante, est sans doute un des héritages du cinéma de Jacques Tati, dont Clément avait été le collaborateur.

La vision satirique de Clément se propage à l'ensemble des institutions italiennes. L’Eglise est composée de prêtres qui voient la liberté dans le service militaire et évangélisent les athées en leur projetant des photos de missions outre-mer. La paix elle-même est tournée en dérision, du moins ce que les instances en ont fait après l’armistice de 1918. L’attentat des anarchistes vise des généraux des différents pays européens lors d’une « Foire de la Paix » qui n'est sans doute pas sans évoquer quelques réflexions formulées par Clément sur ce qui a suivi après 1945. La paix devient un prétexte pour une consommation de masse : les éperons deviennent des roulettes de cuisine et les zeppelins deviennent un remède contre la coqueluche infantile. Dans cette euphorie générale, les factions anarchistes posent des bombes tandis que les fascistes comptent sur leurs explosions afin qu’elles légitiment leurs revendications. Sur cet aspect, Clément ne néglige pas le contexte de l’époque. Cette grande farce de l’après-guerre fut une des grandes causes de la montée du fascisme. À l’instar des casques de soldats qui deviennent des pavés de rue, la population piétine le passé sans prendre garde aux menaces qui s’élèvent en Europe.

Comme l’indique son titre, Quelle joie de vivre, est un cri d’amour à la liberté que peuvent offrir les temps de paix lorsque celle-ci n’occulte rien des erreurs passées comme les « années folles » en eurent la tendance. En 1945, la nouvelle entrée de l’Europe dans un temps de paix a ouvert la possibilité pour l’individu, quel qu’il soit, d’être celui qu’il désire devenir, sans se soumettre aux déterminismes que pourraient lui imposer les diverses institutions. Selon le cinéaste, cette joie de vivre et ce désir de liberté peuvent parfois faire émerger de l'héroïsme ou du génie de l'individu, mais cela suffirait-il à empêcher le cours de l'histoire?

Crédit photographique : ©Les Films du Camélia / ©Cinédis

Partager